Corrida du 07/06/2014

09/06/2014 16:57

Vic-Fezensac, samedi. Première de Féria. Plus de 3/4 d'arène.
6 toros d'Adolfo Martin
Mano à Mano
Antonio Ferrera : silence, ovation et silence.
Manuel Escribano: ovation, deux oreilles et silence
Sobresaliente: Morenito de Nîmes.

Présentée à la vicoise, avec beaucoup de bois, harmonieuse et dans le type, la corrida d'Adolfo avait de l'allure à sa sortie en piste. L'ensemble baissa d'un ton par la suite. Les Adolfos firent le job sous le cheval -15 piques- sans faire d'étincelles. Au troisième tiers ils firent souvent illusion, se dégonflant rapidement. Le sixième n'avait pas une passe. Le meilleur fut le quatrième, un bon toro, obéissant sous la muleta autoritaire d'Escribano.

Antonio Ferrera n'eut pas une opposition qui convient à son dynamisme. Il a néanmoins assez de métier pour se tirer de situations compliquées, ainsi là ou d'autres auraient peut-être sombré il sut se maintenir à flot. Il partagea les banderilles avec Escribano sans briller dans ce tiers où il excelle. Il ne fit pas l'effort nécessaire pour soulever les foules avec la muleta. Des faenas ternes et sur la défense sans jamais se croiser réellement. Comme il n'eut que peu de réussite à l'épée, il passa sans peine ni gloire. On l'a connu mieux...

Plus d'entrega dans le comportement d'Escribano qui fit la pige à son ancien dans tous les tiers. Aux banderilles notamment où il fit lever le conclave lors d'une paire très exposée dans les planches. A la muleta, il câla au sixième -un bloc de marbre- mais il avait brillé au précédent passage. De cet excellent quatrième Adolfo, il sut extraire tout le suc embarquant l'animal dans des séries courtes par le bas, dans un bon rythme sans jamais se faire toucher l'étoffe. Il était parfaitement centré et ne se permit aucune fantaisie. Une faena rigoureuse, solide, comme on les aime dans le sud-ouest. Il coupa deux oreilles après deux tiers de lame en place. D'aucuns trouvèrent la récompense excessive. Pour la plupart néanmoins Manuel a consolidé une position privilégiée dans le coeur des aficionados Gascons qui apprécient sa générosité.

En conclusion, premier épisode en conclusion bien dans l'esprit d'une féria à part où l'on apprécie les combats virils plus que les fioritures superficielles et où météo aidant on retrouve les grandes entrées d'antan.
PV

 

Remerciement cordial à Pierre Vidal et son site Corrida Si