Corrdia matinale du 08/06/2014

09/06/2014 16:43

Triomphe matinal de Manzanares qui est sorti par la Porte des Consuls et de Juan del Álamo l’après-midi qui a ouvert celle des cuadrillas…

Arènes quasiment pleines, soleil, six toros de Juan Pedro Domecq corrects de présentation, donnant un jeu inégal, nobles la plupart, certains justes de forces, meilleurs les deux derniers.

Enrique Ponce (oreille et silence) a écouté une forte ovation après le paseo qu’il a fait partager à ses deux compañeros. Après un bon capoteo, deux piques cuidées et un brindis au public, le maestro de Chiva démarra en douceur une faena esthétiquement composée de mouvements suaves. Avec le quatrième, Ponce s’illustra encore au capote, mais après un gros choc dans le matelas, le juanpedro accusa le coup et sa faena, brindée à Louis de Bourbon, s’en ressentit, se voyant contraint à rapidement abréger.

Finito de Córdoba ((saluts et oreille) afficha une grosse envie, commençant à son premier par bon capoteo par véroniques et demie. Préservé au cheval, son opposant s’employa plus tard dans la muleta tout au long d’une faena brindée à l’assistance faite de séries pour régaler les rétines. Entière après pinchazo qui tarda à faire son effet. Avec le quinto, Finito distilla encore quelques somptueux instantanés au capote, avant de réaliser une faena allurée, se montrant « a gusto » et visiblement heureux de connecter avec le public. Entière tendida.

Manzanares (oreille et deux oreilles) accueillit son premier par chicuelinas puis rebolera, s’attirant la première ovation dans un trasteo qui n’allait pas en manquer. Deux piques légères puis saluts au second tercio de Curro Javier et Luis Blázquez. Après avoir frôlé la correctionnelle en début de faena, Manzana eut parfois du mal à s’entendre avec un adversaire compliqué, mais remonta la pente en fin de trasteo avant de le tomber d’une entière sans puntilla qui à elle seule justifiait l’octroi d’un trophée. Avec l’ultime, de bien meilleur son, José Mari se distingua au capote, mais c’est surtout avec la flanelle qu’il allait composer un authentique récital harmonieusement accompagné par la « Concha Flamenca » remarquablement interprété par la Peña Chicuelo II, le tout étant conclu par recibir dans l’alegría générale. Une matinée bien en phase avec le caractère résolument esthétique de cette corrida dominicale…

 

Remerciement cordial à Pierre vidal et son site Corrida si